Jump to: navigation, search

Workshop:Dszqup

Dszqup.png

Présentation

Le workshop Dszqup interroge des questions de cryptographie dans les pratiques graphiques et artistiques contemporaines, et plus particulièrement dans des enjeux de publication — (dé)codage, confidentialité, droits d’auteur (et leurs alternatives), clefs, accès, transformations, brouillage, secrets… Il s’agira d’explorer plusieurs techniques et outils de cryptage (graphiques et numériques) et des les utiliser pour réaliser une publication (poster, catalogue, site …) de l’exposition du Mundaneum Top secret ! Un monde à décrypter. Ce workshop aura pour enjeux de poser un regard critique sur le droit d'auteurs et les possibilités d'appropriation et de diffusion tout en se penchant sur la confidentialité des moyens de communication contemporains. Nous testerons les limites des systèmes de cryptage comme moyen de diffusion d'œuvres. Peut-on tromper les licences en ne mettant pas à disposition les clefs de décryptage? Est-ce un moyen subversif de contourner la censure ou cela fait de nous des pirates de l'art? Dans tout les cas, diffuser l'indiffusable, même si celui-ci est rendu incompréhensible sera un moyen de sensibiliser le public à ces questions. Nous devrons interroger le langage visuel et ses modes de production, envisager le mystère comme moyen de communication. Face à un environnement visuel uniformisé et codifié, une image obscure et codée peut-elle attirer l'attention sur ces problématiques? Enfin, ce workshop sera l'occasion de poser la question de la confidentialité des informations que nous faisons circuler tant sur le web que dans le monde physique. Face aux géants du net faisant de nos informations personnelles un marché fructueux, constituer son outillage permettant de s'assurer de que nos échanges restent intimes peut-il être un premier pas vers une réappopriation de l'espace numérique?

pad du workshop

https://etherpad.artsaucarre.be/p/an2017-workshop-Dszqup

Programme

Nous adapterons si besoin le planning en fonction des avancés et intérêts du groupe.

Mardi

  • 9h30: présentation du workshop et de ses enjeux, et débat autour de notions importantes pour le workshop (hacker, deep net/dark net, transparence, sécurité, confidentialité, crypto-anarchisme, droits d’auteur et licenses, féminisme…)
  • 10h30: recherches — chacun.e expérimente plusieurs méthodes de cryptage
  • 12h30: pause
  • 13h30: recherches + documentation des méthodes de cryptage de chacun.e
  • 15h30: constitution des groupes et esquisse d’un projet commun
  • 16h00: mise en commun, restitution en groupe
  • 16h30: fin

Mercredi

  • 9h30: présentation des modalités de rendu
  • 10h00: production
  • 12h30: pause
  • 13h30: production
  • 16h00: mise en commun, restitution en groupe + rappel finalisation
  • 16h30: fin

Jeudi

  • 9h30: finalisation + documentation
  • 12h30: pause
  • 13h30: finalisation + documentation
  • 15h00: restitution
  • 16h30 fin


Références & liens

Hobo symbols

F6aHJPE.jpg Le langage et les systèmes d'écriture sont déjà en soi des systèmes de cryptage. Si l'on ne sait parler ou lire une langue, il nous est impossible de recevoir le message. Certaines communautés comme les hobos - des vagabonds par choix qui parcouraient l'amérique dans la première moitié du 20è siècle - ont développé leur propre système graphique pour communiquer entre-eux.


Jodi

http://wwwwwwwww.jodi.org/ Jodi ou jodi.org est un collectif d'artistes de deux net-artistes : la Néerlandaise Joan Heemskerk (née en 1968) et le Belge Dirk Paesmans (né en 1965). Ils vivent et travaillent aux Pays-Bas et sont des figures emblématiques de l'art en ligne. Depuis des années 1990, ils ont commencé à créer des œuvres d'art originales pour le World Wide Web. Quelques années plus tard, ils ont également commencé à travailler avec le logiciel de l'art et le modification de jeu de l'ordinateur artistique. Leur œuvre d'art le plus connus est leur site web www.jodi.org, qui est un paysage complexe de dessins réalisés en HTML. Ils opèrent aussi un retournement sur la page d'accueil où c'est le code qui devient lisible et son interprétation par le navigateur incompréhensible.


Codecode a crypted book - Oscar Ginter, François Andrivet et Charlotte Enfer

http://andrivet.net/codecode Codecode est une analogie du web profond. En apparence, il s’agit d’un livre traitant de l’histoire et des techniques de la cryptographie et de la stéganographie. Il revêt en réalité une seconde lecture après découverte et décryptage des différents messages chiffrés liés les uns aux autres. Une multitude de messages chiffrés sont en fait disséminée à travers tout l'ouvrage. Les messages sont camouflés à l'aide de différentes techniques telles que les encres sympathiques, l'encre uv, le braille crypté, le morse, ou grâce à des techniques propre à l'édition comme la pagination, le pliagede pages et la ponctuation. À la manière des liens des pages web, les codes déchiffrés renvoient le lecteur à l'aide d'indices, vers d'autres codes cryptés et dissimulés. À la manière du deep web qui se dissimule derrière le web, Codecode questionne la légitimité de l'impression papier dans l'ère du 'tout numérique' montrant qu'il est possible d'appliquer des principes propres aux nouvelles technologies à un support papier.

The Skor Codex - Société Anonyme

http://societeanonyme.la/media/the-skor-codex-web.pdf The Skor Codex est un livre qui a été envoyé à différents endroits sur terre. Il contient des images et des sons encodés en binaire censés faire un portrait de la diversité culturelle de l'humanité. Son but est de pouvoir décoder ce livre par n'importe quelle forme de vie intelligente, humaine ou extraterrestre. Les premières pages expliquent dans un langage symbolique comment le contenu doit être décodé.

Codex Seraphinianus - Luigi Serafini

http://www.holybooks.com/wp-content/uploads/CodexSeraphinianus.pdf Le Codex seraphinianus est conçu comme une sorte d'encyclopédie d'un monde totalement imaginaire composée de onze chapitres traitant de la nature, d'humanoïdes, de minéraux, de mathématiques, d'architecture et d’écriture. Il est rempli de dessins surréalistes qui semblent décrire un monde fantastique en parallèle avec le nôtre. Son texte est écrit dans une langue imaginaire, avec une écriture inconnue inventée par Luigi Serafini lui-même, et qui est sans doute indéchiffrable. L’écriture est constamment présente dans les 400 pages de l'ouvrage, tant sur les légendes des dessins que sur le foliotage des pages et les diverses tables des matières. Le tout forme un ensemble cohérent. On y trouve même un chapitre présentant l’écriture et la parole d’une sorte de pierre de Rosette qui répertorie deux langues imaginaires : celle du Codex Seraphinianus lui-même et une autre, également inventée par Luigi Serafini.

[e-Book] Intellectual Property – A Reference Handbook - Alessio Chierico

http://www.chierico.net/artworks/e-book-intellectual-property-a-reference-handbook/ Ce livre est une impression d'une copie pirate du livre du même nom traitant de la propriété intellectuelle. Le texte a été encodé en hexadecimal (système d'encodage en 16bits). Il pose la question du droit d'auteur dans le cas d'un document encodé.


Code barre / QR code

Qrcode_wikipedia_fr_v2clean.png Le code QR (en anglais QR Code) est un type de code-barres en deux dimensions (ou code matriciel datamatrix) constitué de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc. L'agencement de ces points définit l'information que contient le code.

Clé SSH

Secure Shell (SSH) est à la fois un programme informatique et un protocole de communication sécurisé. Le protocole de connexion impose un échange de clés de chiffrement en début de connexion. Par la suite, tous les segments TCP sont authentifiés et chiffrés. Il devient donc impossible d'utiliser un sniffer pour voir ce que fait l'utilisateur. Linux2-7a9cf81045534eae79d5ace475e88af5ee21fa7734e467a2db51c62313fcd579.png Il existe une version appelée RandomArt qui est censée rendre la clef publique facilement lisible par l'homme. openpgp-randomart.png

DCT: Legibility at MOTI - Rosa Menkman

http://rosa-menkman.blogspot.be/2015/09/dct-legibility-at-moti-breda-opening.html Rosa Menkman propose un système de cryptage de message basé sur la compression d'images jpg. Une image mal compressée laisse apparaître des artefacts et des erreurs (glitch). Rosa Menkman a créé un système d'écriture basé sur ce système de manière à cacher des messages dans des images corrompues.

Le glitch

Le glitch art est l'esthétisation d'erreurs analogiques ou numériques, comme des artéfacts ou des bugs, par corruption de code ou de données ou manipulations d'appareils électroniques (comme le circuit bending). Un glitch est le résultat inattendu d'un mauvais fonctionnement. Le terme décrit les anomalies qui peuvent se produire dans les logiciels, jeux vidéo, images, vidéos, audio et toute autre forme de données.

Antonio Roberts - Some of my favorite songs

http://www.hellocatfood.com/#some-of-my-favourite-songs Ce projet est une interprétation visuelle d'une compilation musicale crée par l'artiste. Les fichiers audio ont été lus en binaire dans le programme PureData pour ensuite être sauvegardés en image.

Takahiro Kurashima - Poemotion

https://vimeo.com/40808542

Ce livre propose une technique simple de superposition de trames pour faire apparaître une nouvelle image animée. On peut voir cela comme un système de cryptage puisque sans la feuille - la clef - on ne peut voir l'image que l'artiste a choisi de présenter.

Visual cryptography

http://users.telenet.be/d.rijmenants/en/visualcrypto.htm Dans le même esprit que Kurashima, une manière visuelle de cacher une image.

Auto-stéréogramme

Stereogram_Tut_Animated_Shark.gif → un requin qui nage. Stereogramme_PI.jpg → le nombre pi Un autostéréogramme est un stéréogramme constitué d'une seule image qui donne l'illusion d'une scène en trois dimensions (3D) à partir d'une image en deux dimensions (2D). Afin de percevoir des formes en 3D grâce aux autostéréogrammes, le cerveau doit faire un effort oculaire de convergence et de mise au point dissocié de l'accommodation.

Guy de Cointet

www.guydecointet.org/ + http://indexgrafik.fr/guy-de-cointet-langages-codes/ «En ramenant ces derniers à des puzzles visuels, des codes et des systèmes originaux, il place le lecteur dans une situation pré-langagière où la langue n’est que forme et son. Ce serait faire injure aux dessins de ne les considérer que comme des codes à déchiffrer. Car Guy de Cointet nous confronte justement à l’impossibilité d’interpréter un dessin de façon univoque. Pour lui, l’effort du déchiffrement, l’acte même, est plus important que de trouver la clé (qui parfois n’existe tout simplement pas). Le déchiffrage des textes par le spectateur ne constitue pas la signification de son art, mais n’est qu’un moyen d’engager le dialogue entre artiste et spectateur…»

En vrac

Lectures et documentaires

discussion

Retour sur des points abordés durant la visite guidé
Hacker
Deep net/dark net

Transparence: nuancer
Sécurité
Confidentialité / données perso
ex: cybersimple
Conscientiser / sensibiliser
crypto-anarchisme

Droits d’auteur: crypto comme exception?
revenir rapidement sur les principes du libre

Femmes dans les représentations
http://lorainefurter.net/readme/anonymes-mundaneum.html

Rappel

Jeu-de-loi-licences.png