Jump to: navigation, search

Workshop:Rhombo III:Curiosity

Curiosity

Participants: Eloïse, Gavin, Tiberio et Valentin.


Note d'intention

Curiosity est une installation performative, où une voiture téléguidée est équipée d'un pico-projecteur et d'un écran en tissu. Le pico-projecteur est placé sur le dos de la voiture et projette une vidéo sur l'écran, fixé à l'avant du véhicule. Le projecteur diffuse une vidéo de paysage avec lequel la voiture est synchronisée : quand elle tourne, la route tourne aussi. La voiture évolue donc dans son propre environnement, fictif et n'existant qu'à travers la projection, tout en se déplaçant dans le monde réel.

{INSERER IMAGE DU PROTOTYPE FAIT A MONS} {INSERER IMAGE DU PROJET FINI}


Fiche Technique

  • 1 Voiture téléguidée;
  • 1 Micro-controlleur SparkFun;
  • 1 Raspberry Pi 3;
  • 1 Pico-projecteur Optoma PK320;
  • 1 feuille de papier plexiglas translucide;
  • 1 Alimentation pour la voiture (4 piles);
  • 1 Alimentation pour le Raspberry Pi (batterie 2600 mAh);
  • Espace : une pièce avec éclairage faible et quelques mètres de distance pour les déplacements de la voiture;
  • Logiciels utilisés : Arduino, OMXPlayer;

Processus

Semaine à Mons

  • Jour 1 (28/11/16) : formation du groupe et recherche de projet. Première version de Curiosity imaginée. Préparation du Raspberry Pi. Tentative d'utiliser le WebGL pour que les déplacements du véhicule soit reproduits en temps réel dans un monde en 3D.
  • Jour 2 (29/11/16) : les essais avec le WebGL ne sont pas concluant et l'idée est mise de côté. Achat d'une voiture téléguidée, qui est démontée et à laquelle on vient greffer une batterie à 4 piles et un micro-controlleur SparkFun. On code la carte avec Arduino pour qu'elle suive les déplacements qu'on aura choisi et indiqué dans le code au préalable. Calibration du timing de chaque instruction (càd le temps que met la voiture pour tourner ou aller tout droit) pour que la distance parcourue correspondent aux contraintes de l'espace d'exposition. Test du Raspebrry Pi et du pico-projecteur. Pour le moment, la vidéo projetée sera une vidéo de dashcam récupérée sur le net, mais d'ici la deuxième partie du contenu qu'on aura créé est envisagé.
  • Jour 3 (30/11/16) : réunion au matin pour discuter des projets de chaque groupe et de leur avancée. Test d'endurance de la Raspberry avec une power bank pour téléphone (2600 mAh) et fabrication de l'écran de projection, avec du papier plastifié pour l'écran et du bois pour le support. Tentative d'automatiser le Raspberry Pi pour que la vidéo se lance et boucle au démarrage, ainsi il ne serait plus nécessaire de la démarrer, d'ouvrir le terminal et de lancer la vidéo manuellement. Test de lancement de la voiture, une fois tous les éléments attachés : problème au niveau d'un des moteurs qui s'est dessoudé. A corriger jeudi.
  • Jour 4 (01/12/16) : au matin, re-soudure du fil du moteur qui était parti. Découpe de la feuille pour correspondre à la taille de la projection. Création d'une courte vidéo en 3D qui correspondait aux mouvements prédéfinis dans le code Arduino. Présentation à la galerie d'ARTS2.

{INSERER CODE ARDUINO}


Premiers retours

A la fin de la première semaine, à Mons, Curiosity a été présenté à la galerie d'Arts2, et des commentaires d'élèves et professeurs nous sont parvenus sur notre prototype :

  • Dispositif : l'objet, dans sa forme, a été majoritairement apprécié. La taille de l'écran, petite, n'a pas du tout dérangé et était lisible de tous.
  • Technique : les mouvements circulaires répétés par la machine ont beaucoup plu et ont été qualifiés d’hypnotisant. Le fait qu'il n'y ait aucune détection d'obstacle a amusé mais devra être travaillé d'ici mai pour que la voiture soit plus autonome. Certains osaient toucher le véhicule et le repositionner quand il allait vers un mur, d'autres l'évitaient.
  • Contenu : la vidéo en 3D a été reçue de façon mitigée : les gens qui avaient une sensibilité au numérique la trouvaient pertinente, tandis que les autres auraient préféré une vidéo du monde réel, par exemple en utilisant une caméra à l'arrière qui retransmettrait ce qu'elle verrait derrière elle. Les premiers trouvaient que la 3D apportaient un regard sur le numérique, les autres suggéraient de jouer sur la confusion entre l'espace du spectateur et de la voiture et l'espace dans lequel elle évolue, dans quel cas un espace réel serait plus approprié. Il nous faudra choisir entre la 3D, la vidéo ou un compromis comme la réalité augmentée.

Pour le son, les opinions divergent également : certains trouvaient que le son des roues et des moteurs sur le sol se suffisait à lui-même, d'autres qu'il fallait venir ajouter un son, qui pourrait être ambiant et correspondre à l'environnement projeté ou qui viendrait de la voiture (un sifflotement, comme si elle se promenait a été proposé par exemple).

Vidéo

{INSERER VIDEO}


Ressources