Jump to: navigation, search

Workshop Rhombo I

Cadre de la mission

Rhombo: une collaboration entre la Villa Arson, Transcultures et ARTS2 Mons, à l’initiative de Christian Vialard, Gauthier Tassart, Philippe Franck et Michel Cleempoel.

Rhombo, issu de l'atelier Mediavision, abordera les questions de créations d'espaces, de scénographie et de sculpture grâce à l'utilisation de techniques informatiques et numériques. Il s'agira d'explorer les formes architecturales et urbaines par la lumière. Transformer un espace, le sculpter, le redessiner pour l'interroger. Cela passera par la création d'univers singuliers de projections d'images ou de lumière puisque aujourd'hui la technologie des éclairages se rapproche de plus en plus des technologies des vidéos projetées et du cinéma (trames, dessins, 3D, vidéos) sur toutes formes en capacité de devenir écran, façades, murs, volumes simples, etc.
Il sera demandé aux étudiants d'écrire des fictions narratives ou pas en utilisant la profusion médiatique et ses virtualités comme ressort dramaturgique. Les mots clés pourraient être hybridations, micros histoires, trames, superpositions, collages, projections... Le développement se fera sur des logiciels tels que Processing, Rezolume, etc. Un site type blog public sera utilisé comme plateforme d'échange et de travail. Le workshop se déroulera sur l'année 2014-2015 en plusieurs rendez-vous à l'école de Mons et à la Villa Arson. Il se clôturera par une exposition dans le cadre de Mons 2015.
Christian Vialard.

Déroulement en 2014-2015

  • Séminaire/ Workshop 1 - 17 au 22 Novembre 2014 - Nice, Villa Arson
  • Séminaire/ Workshop 2 - 9 au 13 Février 2014 - Mons, ARTS2
  • Présentation des travaux réalisés ou sélection pour les Transnumériques, dans le cadre de l’expo
  • Emergences numériques, du 27 novembre au 12 décembre 2015

Nombre d'étudiants par école : 10 à 12

Objectifs de la mission

  1. Visite de l’école supérieure d’art de la Villa Arson : rencontre et échanges avec une autre école, une autre pédagogie.
  2. Première rencontre avec les professeurs et les étudiants à la Villa Arson. Constitution des groupes d’étudiants. Propositions d’une première étape de travail.
  3. Opportunité d’ouverture sur l’extérieur pour nos étudiants, tant sur le plan individuel que collectif.
  4. Elaboration avec la Villa Arson d’une procédure et d’un planning de travail en vue du Séminaire/ Workshop 2 à Mons et de la monstration aux Transnumériques.

Rapport

Préparation du workshop

Les 12 étudiants d’ARTS2 qui participent à ce projet ont été sélectionnés par trois professeurs (Natalia De Mello, Drita Kotaji et François Zajéga) sur base d’un dossier et d’une note d’intention. Ces documents ont été ensuite partagés avec ceux des étudiants de la Villa Arson sur un Google Drive commun.

Accueil et présentation de la Villa Arson

Cette semaine à la Villa Arson fut riche et intense sur les plans humain, artistique et pédagogique. Sur le plan humain, nous avons reçu un très bel accueil de la part des professeurs, et de la part des étudiants. Tout était très bien organisé pour notre arrivée. Notre séjour a été des plus agréables, nous réservant rencontres, visites, expos et concerts, ainsi que de nombreuses attentions et prévenances au quotidien. Les professeurs ont été logés dans de spacieux studios équipés et confortables, les étudiants disposaient de chambres-cellules privées et partageaient des salles de douche au même étage.

Les deux artistes/professeurs du Pôle numérique qui participent à ce projet sont Christian Vialard (professeur de Cultures numériques) et Gauthier Tassart (professeur de Vidéo). Ils sont assistés par Aurélien Merebbah, qui est aussi technicien et régisseur des amphithéâtres. Sur le plan artistique, sans même parler de l’ensemble architectural et du site, tout à fait uniques, de la Villa Arson, nous avons découvert un lieu entièrement dédié à l’art contemporain, où règnent motivation, émulation et bouillonnement tous azimuts. Hormis son Ecole nationale supérieure d’art, la Villa Arson abrite également un Centre national d’art contemporain (qui programme des cycles d’expositions, soutient les artistes pour la production de nouvelles œuvres, développe un travail éditorial, organise des conférences, rencontres et activités ouvertes au public), une Bibliothèque/médiathèque d’étude et de recherche spécialisée en art (un outil pédagogique au sein de l’école qui est également ouvert au public extérieur) et des Résidences d’artistes. Sur le plan pédagogique, les différentes activités de la Villa Arson - qui sont tout en mouvement, circulation et relation - en font un véritable « village artistique » et constituent un environnement particulièrement stimulant pour son école. En effet, expositions, concerts, conférences, artistes en résidence et autres activités, sont autant d’occasions de rencontres et d’échanges pour les jeunes étudiants en formation.

Les études sont organisées sur des principes de transversalité et de décloisonnement des apprentissages. Pas d’options comme nous l’entendons chez nous, mais un unique département Art et une organisation en cinq pôles qui nourrissent tous ensemble le travail de l’étudiant dans un parcours progressif. Ces pôles sont des ateliers techniques de recherche, d’enseignement et de production : Pôle peinture, dessin ; Pôle sculpture, installation (bois, métal, céramique) ; Pôle édition, photographie (sérigraphie, lithographie, publication) ; Pôle numérique (son, infographie, vidéo, photo numérique, web authoring) et Pôle enseignements théoriques et culture générale (esthétique, histoire de l’art, histoire des idées, histoire des formes cinématographiques, langue anglaise).

Les deux premières années sont des années d’initiation et de découverte de tous ces pôles. 2A partir de la 3 e année le parcours de l’étudiant devient plus personnel, il se spécialise et approfondit ses recherches en vue de préparer son 2 e cycle lors duquel il devra élaborer son projet artistique personnel et son mémoire de recherche. En visant la formation d’artistes, auteurs et créateurs libres et autonomes, l’école propose un enseignement qui repose sur l’ensemble des ateliers techniques et de recherche des différents pôles, mais aussi sur les workshops, les stages, la mobilité, l’évaluation collégiale et l’accompagnement personnalisé.

L’école accueille aujourd’hui environ 200 étudiants.

Compte-rendu des activités

Lundi 17 novembre

Rencontre avec Christian Vialard qui nous accueille et nous présente l’école et l’organisation de son enseignement. Visite du Pôle numérique et de ses ateliers.

Rencontre avec les étudiants de la Villa Arson, tour de table et présentation de chacun, professeurs et étudiants.

Séance de brainstorming collectif, proposée par Natalia De Mello, Drita Kotaji et François Zajéga, afin de lancer le travail pour cette semaine de workshop 1. Cadre de réflexion : que peut-on faire avec la lumière pour créer une œuvre ?

Question du brainstorming : Qu’est-ce que la lumière raconte ?

Règles du brainstorming : problématisation autour des termes lumière et raconter ; pas d’aparté, de tabou, de réaction, de jugement ou de censure à l’écoute des réponses et dans leur formulation. Après un regroupements des post-it par thèmes, les étudiants constituent de manière autonome des équipes de travail afin de développer des projets, dont une préfiguration devra être proposée en fin de workshop le vendredi 21.

Cinq groupes de travail se forment, réunissant chacun des étudiants des deux écoles :

  • un team « gothic » croise les thèmes art, scène, métaphysique, science-fiction ; souhaite mêler son, performance et vidéo en créant une ambiance « post-apocalyptique ».
  • un team « cosmos » se forme autour des thèmes de l’espace et des galaxies.
  • un team « M3V » souhaite explorer la technique de la projection en volume.
  • un team « explosif » souhaite faire des recherches sur les aspects technique et physique de dispositifs explosifs intégrés dans des structures éphémères.
  • un team « Junkai » voudrait faire une performance mêlant musique, gestuelle et projections.


Pour ce workshop, les étudiants ont à leur disposition une classe de travail et une pièce occultée de la galerie d’essai qui leur sont entièrement dédiées, et, bien sûr, tous les ateliers techniques et les espaces communs de la Villa Arson, intérieurs et extérieurs.

Mardi 18 novembre

La journée démarre par une présentation des projets de chaque team, avec questions, demande de matériel et autres desideratas. Ensuite, journée libre de recherche et de travail pour les étudiants et débriefing en fin de journée.

  • Team « gothic » :
    • Avec Magali, Iban et Arnaud (Villa Arson) ; Delphine, Emma, Manu et Vivian (ARTS²).
    • Installation-performance : structures, musique, sons et projections d’images filmées à la Villa Arson.
  • Team « cosmos » :
    • Avec Coline, Eglée, Rémi et Joachim (Villa Arson) ; Roxane (ARTS²).
    • Constitutions de quatre capsules autonomes qui traitent chacune d’un rapport à la lumière et à l’espace, et qui sont réunies dans un espace clos et sombre. Constructions de structures, utilisation de moteurs et de projecteurs.
  • Team « M3V » :
    • Avec Florent (Villa Arson) ; Elisabeth, Helga, Antoine et Maxime (ARTS²).
    • Installation interactive avec kinect, mapping sur une structure en volume, projection d’images filmées à la Villa Arson, traitement de sons de décollages de fusées. Ambiance « oppressante ».
  • Team « explosif » :
    • Avec Gillian et David (Villa Arson) ; Kentya et Alexis (ARTS²).
    • Confection de structures souples et multiformes, essais de tests d’explosions et prises de vue vidéo.
  • Team « Junkai » (ou « trans ») :
    • Avec Junkai (Villa Arson) et Corentin (ARTS²), épaulés par Victor (Conservatoire de Nice).
    • Installation-performance autour d’un « chef d’orchestre », une projection immersive et quatre enceintes, musique, narration à deux voix en chinois et en français.


Pendant que les étudiants travaillent, nous passons voir l’avancement de leurs recherches.

Gauthier Tassart nous fait également découvrir la Villa Arson dans son entièreté : rencontres d’autres professeurs, visites de tous les ateliers techniques, des ateliers des étudiants, des ateliers des artistes en résidence, des bureaux administratifs dans l’ancienne villa, des salles de spectacle, des archives, de la bibliothèque/médiathèque, des réserves, etc.

Ce soir-là, la Cacahuète est ouverte à tous. C’est un espace bar géré par les étudiants. Il est composé d’une structure en bois et de mobiliers qui ont été réalisés dans le cadre d’un workshop avec une artiste en résidence.

Mercredi 19 novembre

Le travail de recherche se poursuit. Visite régulière des teams par les professeurs et retours sur l’état d’avancement des travaux.

A 16h30, le Centre d’art a organisé une visite guidée des expositions temporaires à l’attention des étudiants et des professeurs d’ARTS².

  • Visite de l’exposition A COMPANY THAT MAKES EVERYTHING, commentée par Sébastien Rémy & Cyril Verde, les deux artistes qui ont conçu cette exposition évolutive, et dont la médiation constitue la base même des récits qui composent cette fiction partagée.
  • Visite guidée de l’exposition FROM & TO, une exposition qui réunit cinq artistes français et cinq artistes italiens (Diane Blondeau, Lorraine Châteaux, Quentin Derouet, Tony Fiorentino, Julia Frank, Sonia Leimer, Roberto Pugliese, Vivien Roubaud, Leander Schwazer et Thomas Teurlai).


A 20h30, dans le cadre du Festival Manca 2014, nous sommes tous invités au concert de musique noise dans le Grand Hall central de l’école : performance live electro du duo TRANSISTOR, avec Ben Miller (voix) et Franck Vigroux (éléctronique).

Jeudi 20 novembre

Travail libre des étudiants et passages des professeurs dans les teams pour retours.

En fin de journée : élaboration avec les étudiants du planning de présentation de la première étape de travail des projets pour le lendemain (horaires et lieux, montages et démontages). 11h : Cosmos à la galerie d’essai 13h : M3V dans la classe au pôle numérique 14h : Explosif dans la classe au pôle numérique : projection vidéo 14h30 : Gothic à la galerie d’essai 16h : Trans à la Cacahuète 16h45 : Explosif sur la terrasse : explosions

A 20h30, dans le cadre du Festival Manca 2014, concert et poésie sonore dans le Grand Amphi de la Villa Arson : GHEDALIA TAZARTES.

Vendredi 21 novembre

Présentation des premières étapes de travail selon le planning (sauf les dernières explosions, annulées). Echanges et feedbacks aux étudiants.

Apports de la mission et questions

Le bilan général de ce premier séminaire/workshop est tout à fait positif. La semaine a été constructive. Les étudiants ont été productifs. Et la semaine s’avère être une bonne formule de durée pour un travail intensif.

Par rapport aux objectifs fixés au départ :

Rencontre et échanges avec une autre pédagogie.

Visite de l’école supérieure d’art de la Villa Arson : rencontre et échanges avec une autre école, une autre pédagogie.

La rencontre de deux pédagogies et de deux écoles aussi différentes est vraiment très intéressante. Les différences d’approches et de niveaux nous questionnent bien évidemment, et il semble que nous puissions apprendre dans les deux sens et qu’il y ait un désir partagé de mise en commun et de pérennisation d’un partenariat en tirant parti de nos points forts respectifs : la qualité du projet artistique de la Villa Arson, une véritable institution de l’art contemporain au rayonnement international, et le tout nouveau projet trans-domaines d’ARTS², une école en devenir, dont le domaine des arts visuels est porté par une nouvelle direction qui mise aussi sur la transdisciplinarité et dont une des finalités est résolument tournée vers les nouvelles technologies.

En l’occurrence, le développement d’une pensée sur le numérique justifie la mutualisation des connaissances, des pratiques et des échanges des écoles au niveau européen. A la Villa Arson, ces questions sont aussi abordées dans une unité de recherche nommée « Bricologie », un programme de recherche autour des relations entre l’art et la technique dans la culture contemporaine, avec l’organisation d’expositions, de séminaires, de workshops et de colloques, et la production de publications.

Dans une perspective de partenariat à long terme, les échanges entre la Villa Arson et ARTS², tant entre étudiants qu’entre professeurs, seraient à développer : par exemple, un étudiant de la Villa Arson pourrait venir à Mons, pour une période de 3 mois à un an, pour approfondir et développer son projet dans l’option numérique d’ARTS², alors qu’un étudiant d’ARTS², choisi par la direction, et quelle que soit son option, irait à Nice, pour une période de 3 mois à un an, afin de suivre la formation artistique transdisciplinaire de la Villa Arson. Les professeurs artistes pourraient également être échangés pour donner des workshops dans l’école partenaire.

En matière d’échanges et de pluridisciplinarités, nous avons également imaginé qu’on pourrait faire des échanges d’enseignants au sein d’ARTS² et installer de cette manière une circulation des pratiques et des méthodes d’enseignement, par exemple entre assistants de différentes options.

Un autre point fort de la Villa Arson réside dans la production du mémoire et son calendrier. En effet, terminé au début de la 5e année pour pouvoir libérer les étudiants en dernière année de cette préoccupation et leur permettre de se consacrer totalement à leur projet artistique personnel, ce travail intellectuel intervient immanquablement dans le développement de la réflexion et permet aux étudiants de construire un discours élaboré sur leur positionnement et leur travail.

Nous avons aussi eu l’occasion de discuter avec des professeurs de cours théoriques qui expérimentent des méthodes d’apprentissages plus ludiques afin de faciliter la création de discours (jeux de rôles en histoire de l’art, jurys d’étudiants, par exemple).

Nous avons relevé combien l’autonomie et la liberté étaient au centre de la pédagogie à la Villa Arson où une grande confiance est accordée aux étudiants. Cela nous questionne particulièrement : n’avons-nous pas une tendance à trop guider et assister nos étudiants à Mons? Voire à les « materner » ? Comment les guider et les rendre autonomes ?

Cela étant dit, en creusant la question de la différence des niveaux, qui s’est donc posée immanquablement cette semaine, nous avons, après coup, fait un tableau comparatif des années d’études des étudiants et constaté que les forces en présence étaient quelque peu « inégales » :

Année d’études Villa Arson ARTS²
3e
  • Florent
  • Iban
  • Eglée
  • Joachim
  • Manu
  • Emma
  • Delphine
  • Elisabeth
  • Corentin
  • Maxime
  • Antoine
M1
  • Arnaud
  • Coline
  • Helga
  • Kentya
  • Alexis
  • Roxane
M2
  • David
  • Magali
  • Rémi
  • Junkai
  • Gillian
  • Vivian

Autonomisation des groupes de travail.

Première rencontre avec les professeurs et les étudiants à la Villa Arson. Constitution des groupes d’étudiants. Propositions d’une première étape de travail.

La personnalité des professeurs, leurs compétences, leur expertise, leur qualité d’écoute, la pertinence de leurs analyses, leur feedbacks, et leur motivation sont quelques unes des qualités de nos interlocuteurs que nous avons pu apprécier lors de ce workshop. Sur un plan humain et pédagogique il s’agit certainement d’une belle rencontre que nous espérons voir se poursuivre à long terme.

Les groupes d’étudiants se sont constitués en toute autonomie, selon les thèmes, les profils, et par affinité. Cette autonomie est un point positif car elle a donné lieu à des explorations et des confrontations inattendues. Les premières propositions de travail sont intéressantes et prometteuses. Elles offrent un éventail intéressant de directions différentes, élaborées et creusées à partir d’une même consigne de travail. De ce fait, l’ensemble des professeurs, de Nice et de Mons, estime à ce stade-ci qu’il serait sans doute plus opportun de pouvoir intégrer l’ensemble des résultats du workshop à la monstration des Transnumériques, au lieu de procéder à une sélection qui éluderait cette dimension d’ensemble. Cette question est bien sûr à débattre « sur pièces » avec Philippe Franck lors du prochain workshop à Mons en février.

Ouverture sur l'extérieur

Opportunité d’ouverture sur l’extérieur pour nos étudiants, tant sur le plan individuel que collectif.

Pour les étudiants d’ARTS², ce premier workshop a été très positif. Il a suscité confrontation et questionnements et c’est une expérience qui les marquera positivement et durablement.

Voir aussi

  • Fiche du projet phare, impliquant la projection d'une image et une détection kinect dans un miroir.
  • Fiche du projet oeil, impliquant la projection d'une image sur une sphère avec deux projecteurs calibrés.